Sorties moto, randonnées moto : comment bien se préparer ?

Avant de sortir en moto et de faire une balade avec des copains motards, il y a toujours quelques petites choses à vérifier. Le genre de choses qui fait qu’on ne tombe pas en rade sur le bord de la route ou que le camion-balai ne nous prenne pas en stop… Pourtant, il est facile de se préparer avec une check-list des choses à vérifier. Et ce, autant pour la moto que pour le motard. Parce que si la monture a le droit d’être bichonnée, le motard doit lui aussi se préparer à sortir et vérifier son équipement et ses accessoires pour la route.

Avant de partir, il faut donc faire attention à certaines choses :

  • l’itinéraire de la randonnée moto
  • la météo
  • la moto
  • le motard
  • les papiers

Comment faire son itinéraire pour une randonnée moto ?

Toute sortie moto ou balade doit forcément faire l’objet d’un itinéraire. On ne va pas se balader sur le périphérique parisien, on préfère les routes de campagne et le décor champêtre… Pour ce faire, il faut dresser un road-book avec les différentes étapes et les noms des routes. Cela peut se faire à l’ancienne avec de simples notes sur un bout de papier. On glisse ce dernier dans un film plastique sur le réservoir et c’est parti. Dans ce cas-là, il faut toujours privilégier une écriture avec un gros feutre. L’attention devant se porter sur la route, il faut pouvoir lire en un coup d’œil ce qui est écrit.

Ou alors, il existe de nombreuses applications qui permettent de tracer un itinéraire. Cela peut se faire sur internet ou sur son smartphone. En général, ces applications sont gratuites, car elles sont développées par des passionnés. Ce sont alors des logiciels dédiés qui travaillent à établir l’itinéraire et qui donnent les indications au fur et à mesure qu’on avance. Un peu à la façon d’un GPS. Parmi ceux qui existent, on peut penser à Microsoft AutoRoute, Route 66 ou encore Touratech QuoVadis. D’autres sites connus et qui permettent de créer un itinéraire sont ViaMichelin et Mappy.

Pour pouvoir lire et suivre les indications fournies au fur et à mesure, il suffit d’accrocher son téléphone à son guidon au moyen d’un adaptateur. Il en existe de nombreux modèles qui s’adaptent à chaque téléphone (donc sûrs à utiliser) et pour pas cher. On en trouve facilement sur Amazon ou sur d’autres sites en ligne.

Préparer son itinéraire

Tenir compte de la météo pour sa sortie moto

Voilà une donnée sur laquelle personne n’a de prise. Pas même les prévisions météo. Si vous roulez dans le sud de la France en été, il est probable que vous ayez du soleil et de la chaleur. Mais il existe beaucoup d’autres cas où vous risquez des intempéries…

Et contrairement aux automobilistes, les motards ne disposent pas de protections pour se protéger. C’est pourquoi, il vaut toujours mieux choisir son itinéraire en fonction de la météo. Les routes de montagne sont à éviter par temps humide tout comme les zones désertes en plein cagnard…

Les prévisions météorologiques peuvent être accédées par différents canaux. Vous pouvez la regarder le soir à la télé, sur internet, sur votre téléphone. Internet vous donnera plus de précisions que les journaux télévisés qui sont, eux, plus généralistes. Dans certaines zones touristiques, vous avez également la possibilité de recueillir des infos précises sur la météo de la région. Mais, dans l’absolu, méfiez-vous des prévisions à plus de 2 ou 3 jours, car l’incertitude va en grandissant et les probabilités s’amenuisent.

Si vous décidez de faire une balade en moto quoiqu’il en coûte, le plus simple est de prévoir deux ou trois itinéraires. Il sera alors possible de modifier sa randonnée moto en fonction de la météo du jour, quitte à reporter les autres à un moment où la météo se montre plus clémente.

Que vérifier sur la moto avant une randonnée moto ?

Sans moto, point de randonnée moto… Il faut donc la contrôler avant de prendre la route pour plusieurs centaines de kilomètres. Cela vaut pour la simple balade, tout comme pour les trajets plus longs si vous comptez partir en vacances en moto.

Une moto est plus fragile qu’une voiture, car elle est exposée aux éléments. Les parties cycles et moteur sont à la merci des intempéries et souffrent de la pluie, du vent, du gel, mais aussi de la chaleur intense. Et ce, même si des carénages sont là pour les protéger. Avant de partir en balade en moto, et de manière générale tous les 700 à 800 km, il convient de vérifier l’état de la bécane. Il faut regarder :

Les pneus : véritables liens avec le sol, les pneus doivent être en parfait état. Il ne doit y avoir aucune altération (hernies, déchirures), ni des corps étrangers incrustés (des vis, des clous) et encore moins une usure. L’usure, c’est comme sur les voitures. Les pneus disposent de témoins d’usure qui permet de voir l’état d’avancement du pneu.

Il faut savoir qu’un pneu de moto touche le sol sur une surface de maximum 20 cm². Il y en a deux. Cela signifie qu’en cas de freinage d’urgence, le ralentissement ne se fait que sur une surface très restreinte. En comparaison, les pneus de voiture sont beaucoup plus gros, ont une surface de contact plus grande et surtout, sont au nombre de 4. D’où la nécessité absolue d’avoir des pneus en bon état pour un freinage optimal.

Les freins : les freins, vous en aurez besoin. Et contrairement à une voiture, il est possible de les vérifier facilement. 3 pièces sont importantes : le levier, le câble et le disque avec son étrier. Le levier doit être bien serré, mis en position pour pouvoir le tenir avec deux doigts. Le câble doit pouvoir remplir son rôle (il n’existe pas encore de frein ride-by-wire). Il ne doit pas être usé, lâche ou montrer des signes de désolidarisation. Vérifiez également que la gaine soit en bon état. Enfin, le disque ne doit pas avoir d’aspérité ou de marque et le liquide doit avoir gardé sa couleur, sans quoi il aura perdu de son efficacité.

Les huiles et graisses : les huiles sont essentielles. Vérifiez bien que la chaîne ou la courroie soit bien huilée avant votre sortie moto. L’huile permet un mouvement fluide et évite une usure trop rapide de la chaîne et des pignons. D’autres parties de la moto peuvent nécessiter de l’huile, comme les freins ou le moteur. Vérifiez que les niveaux soient corrects.

Enfin, pour éviter toute mauvaise surprise, un petit coup de WD40 par-ci par-là vous permettra de partir serein en sachant que rien ne se grippera durant le trajet.

Le moteur : le moteur est ce qui vous donnera des sensations sur la route comme dans les oreilles. Il faut contrôler les différents niveaux (huile moteur, liquide de refroidissement si pas par air) en fonction de ce qui est indiqué dans le manuel du constructeur.

Randonnée moto en solitaire

Le motard, ou que préparer avant de sortir sa moto ?

Le motard, ce n’est pas de la mécanique… En fonction de la balade ou de la randonnée moto, il doit se préparer différemment. En version longue, il conviendra de préparer des bagages à mettre dans un sac ou dans une sacoche latérale si la moto en dispose (du type grande routière BMW, par exemple). Mais dans l’absolu, la place sur une moto est limitée et la capacité de rangement également. Il faudra donc faire un choix de ce que l’on emporte.

De manière générale, il faut toujours se prévoir une petite trousse de premier secours dans son sac à dos moto, c’est-à-dire :

  • quelques outils pour permettre le démontage et le remontage
  • un peu d’huile, de la graisse et quelques chiffons
  • un kit de réparation en cas de crevaison
  • de l’essuie-tout, du sopalin ou des mouchoirs
  • un équipement de pluie (au cas où)

Le motard devra préparer son équipement correctement et en fonction des réglementations. Ces dernières peuvent effectivement changer selon les pays. Ainsi, en France, les bandes réfléchissantes sont obligatoires alors qu’elles ne le sont pas chez nos voisins Belges et Luxembourgeois pour les sorties moto… Ceci dit, le casque, les gants, la veste, etc. sont tous obligatoires. Il ne s’agit, d’ailleurs, pour la grande majorité des motards pas d’une obligation, mais d’une question de bon sens… Si vous doutez de l’utilité d’une veste ou d’un casque, il existe sur internet de (très) nombreuses vidéos qui vous prouveront le contraire.

On ne rappellera jamais suffisamment que la carrosserie sur une moto, c’est vous ! Et qu’en cas de chute, votre seule protection sera ce que vous portez. D’où la nécessité d’acheter un équipement de qualité !

Enfin, pour rouler en moto, il vaut toujours mieux être au maximum de ses capacités. L’attention, les réflexes sont nécessaires. Rouler en moto fatigué ou après une nuit de fête, ou légèrement alcoolisé est très dangereux. Le moindre fait de route risque de vous mettre à terre ou de créer une situation dangereuse. Et, si la randonnée moto est longue, ce n’en sera que plus vrai !

L’assurance, une couverture vitale

Qu’il s’agisse d’une panne, d’une chute ou d’un accrochage, le trajet peut se terminer plus tôt que prévu. De plus, avec le retour des beaux jours, les polices mènent souvent des campagnes de sensibilisation et de contrôle. Dans ces situations, il est nécessaire d’être bien protégé et couvert. Si vous avez contracté une assurance rapatriement ou réparation – par Inter Mutuelle Assistance, Mondial Assistance, Axa Assistance, Mutuaide, etc. – veillez à conserver leur numéro d’appel sur vous.
Dans les autres pays de l’Union Européenne, il vous faudra également la carte d’assurance maladie. Cela vous permettra d’accéder aux soins si vous en avez besoin pendant votre balade ou votre séjour à l’étranger.

Sachez qu’un défaut d’assurance pour la moto signifiera son immobilisation immédiate et son transfert dans une fourrière. De plus, il s’agit d’un délit qui peut réellement vous mettre à mal si vous vous retrouver en tort dans un accident. Rien ne vous couvrira et, outre la sanction pénale, vous devrez payer tous les frais de votre poche.

Sortie moto en groupe

Comment assurer le succès de la sortie moto en groupe ?

Partir en randonnée moto est encore plus chouette lorsque c’est en groupe. Cela peut être quelques amis, tout comme un chapitre entier. Dans ce dernier cas, ce sont des dizaines voire une centaine de motos qui se baladent ensemble. Et dans l’absolu, à partir de deux, vous êtes un groupe.

Ainsi, avant le départ, vérifiez que chaque membre du groupe ait un ou plusieurs autres numéros de téléphone pour contacter les autres. De même chacun doit avoir un exemplaire du trajet prévu ainsi que des lieux de pause. Cela permet de se rejoindre à des endroits prévus au cas où un des membres se perd.

Rouler en groupe, c’est aussi respecter certaines règles. Il y a des leaders, des organisateurs. C’est eux qu’il faut suivre. En outre, en roulant en groupe, il faut toujours garder un œil sur la moto de devant ainsi que sur la moto de derrière pour voir si elle suit. C’est ainsi qu’un groupe peut garder une progression fluide.

Rouler en groupe, cela se fait en quinconce lors d’une sortie moto. Cela permet d’anticiper les mouvements (puisque vous avez toujours devant vous une moto en décalée. C’est également une façon de rouler plus sécurisante en laissant plus d’espace entre les motos, et donc un risque d’accident moins important.

En groupe, on ne dépasse généralement pas. On suit les autres. Si, pour une raison ou une autre, vous devez doubler un motard, assurez-vous d’être vu et compris. Cela passe par les clignotants, par un débordement latéral bien à distance, voire un signe de la main pour se faire comprendre. Il est également possible de convenir de signes par avance pour que chacun comprenne ce que disent les autres (comme pour la plongée sous-marine).

Au final, plus il y a de motards, plus la fête est grand, et plus les règles durant la sortie moto sont importantes et doivent être respectées. Enfin, il faut penser aux motards encadrants (devant, derrière et disséminés dans le groupe). De toute façon, après quelques kilomètres, des groupes se seront formés naturellement en fonction du niveau de chacun et des motos en présence.

Pierre